2017 ?

Comme tout un chacun, l’attentat de Berlin m’a profondément attristé. Comme m’avaient attristé les précédents attentats dont la liste s’allonge. Ceux de Paris, de Nice, Bruxelles et les autres que j’ai honte d’avoir oubliés, ou de ne plus trop savoir quand ils avaient eu lieu. Un trop plein de résilience ? Un besoin d’oubli salvateur ?

Dans une dizaine de jours, nous allons glisser en 2017. J’utilise le terme « glisser », parce que c’est celui qu’on utilise en allemand. »Guten Rutsch ». Comme un dérapage plutôt. Un dérapage incontrôlé. Je ne suis pas particulièrement pressé de fêter cette nouvelle année. Tout le monde était content de quitter la néfaste 2015, pour finalement tomber dans une année 2016 qui me laisse un goût amer.

Que nous réserve 2017 ? Les dictateurs mondiaux se calent bien confortablement dans leur fauteuil : en Russie, en Turquie, (j’en oublie ? Certainement), bientôt rejoint par un guignol irresponsable aux USA. Il me fait penser à Mussolini, le Donald. Même côté bravache, mêmes mimiques. Et pourtant, Donald était mon préféré dans l’univers de Walt Disney. Sauf qu’on n’est plus dans le monde de Mickey et compagnie. Pourtant, Picsou, ce personnage risible qui amassait l’argent d’une façon pathologique, aurait dû nous mettre la puce à l’oreille, nous avertir du monde qui nous attendait. Un monde où moins d’1% de la population détient 99% de la richesse mondiale.

Les guerres qui ont commencé ces dernières années n’ont pas de sources religieuses réelles. Les intégristes de tout poil, musulmans, chrétiens, bouddhistes et autres, se sont simplement glissés dans la faille du désespoir humain. Des humains abrutis par une misère endémique, transmise d’une génération à l’autre et dont ils savent désormais qu’ils n’en sortiront jamais. Je ne crois pas au dicton « ventre affamé n’a pas d’oreilles ». Bien au contraire, les premiers messies de seconde zone venus qui ont commencé à leur parler d’eux-mêmes, de leurs vies misérables, de leur désespoir, ont rapidement gagné la confiance de ces populations laissées pour compte. Ils leur ont donné des raisons d’espérer par des promesses de vie meilleure, tout d’abord. Puis avec des messages de haine. Il fallait bien trouver des coupables vers qui se tourner à un moment ou un autre, faute de fournir du pain et des vraies solutions. Aux affamés, il est aisé de faire croire que le monde va s’améliorer pour eux s’ils suivent les commandements d’une foi antique et révolue. Les religions font leur lit sur la misère humaine.

Nous n’avons jamais été aussi riches. Jamais dans toute l’histoire de l’humanité. Et pourtant, cette même humanité est en train de crever de cette richesse dont quelques « happy few » profitent sans honte. Alors que la solution est là. Limiter les richesses personnelles jusqu’à un certain niveau et partager le reste pour le bien commun. Pour l’éducation, la santé, l’énergie renouvelable, les transports… J’en vois déjà qui rient de ma naïveté, et moi-même j’en souris.

Et pourtant…

Il suffirait de le vouloir, de l’oser. Mais je crois que nous sommes arrivés à un point de non retour. Cela n’arrivera jamais. Celui qui, dans un excès de naïveté et d’humanisme, et pour peu que le peuple décide de le mettre au pouvoir, déciderait de nationaliser les richesses excessives de certains, serait rapidement détruit par la puissance des riches qui ne se laisseraient pas faire, bien évidemment. On leur en a largement laissé les moyens.

Je ne suis pas pressé de « glisser » vers 2017 comme sur une planche savonneuse. La pente est forte, glissante, et l’humanité dérape.

Guten Rutsch ins neue Jahr 2017.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s